Vous êtes dans : Accueil > Urbanisme et économie > Projets d’urbanisme > L’écoquartier du Palavezy : un écoquartier en cours d'élaboration > Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain

Un projet intégré dans son environnement naturel et urbain

L’écoquartier a pour objectif de proposer des logements pour tous dans un cadre de vie de qualité, tout en limitant son empreinte écologique.

Il est toutefois indispensable d’adapter la réalisation de l’écoquartier aux caractéristiques de son territoire. L’écoquartier s’appuie donc sur les ressources locales, qu’elles soient paysagères, urbaines, humaines ou environnementales.

Une trame verte et bleue support de biodiversité et de réduction des îlots de chaleur

Le programme d’aménagement intègre une part importante d’espaces naturels afin d’y valoriser leurs fonctions thermique, sanitaire, environnementale et sociale.

La trame verte est composée de 3 espaces verts publics complémentaires qui permettent l’intégration du quartier dans son environnement et le développement d’un mini-réseau écologique :

  • le prolongement au sein de l’écoquartier de l’onde verte existante à l’ouest au départ du quartier du « Lac »
  • la réalisation d’un parc urbain dans la continuité de l’espace « Ariccia » existant avenue des Dômes ;
  • l’aménagement des « jardins d’eau » en bordure du boulevard Pasteur permettant une gestion écologique des eaux pluviales.

L’ensemble des parcelles comprend en outre des espaces végétalisés à travers des jardins privatifs.

Le principe de gestion des eaux pluviales s’orientera vers des techniques dites alternatives. Les eaux de ruissellement seront collectées par des noues puis acheminées vers des ouvrages de rétention localisés à l’est du quartier. Un traitement écologique et paysager favorisera leur intégration dans l’aménagement urbain et contribuera à la création de la trame bleue du quartier.

Une alternative à l’utilisation de la voiture

Le projet vise un usage raisonné de la voiture grâce à la desserte du quartier par les transports en commun, un maillage privilégiant les modes doux, un dimensionnement des voies à l’échelle du piéton et la limitation de la présence visuelle de la voiture.

La trame viaire de l’écoquartier se veut minimale et connectée au réseau de desserte locale préexistant aux abords du site. Elle assure une bonne intégration au maillage existant sans pour autant favoriser la circulation automobile.

La trame viaire interne au quartier s'organise à partir d'une voirie connectée au Boulevard Pasteur, qui se décline ensuite selon un système de venelles perpendiculaires desservant directement les ilôts bâtis. Sur ces dernières, la mixité piéton/voiture est recherchée par l'absence de bordures de trottoir et de différences de niveaux.

Les cheminements dédiés aux modes doux sont ainsi majoritaires. Ils permettent un maillage de l’écoquartier, tout en le connectant à l’extérieur. Ils favorisent notamment la poursuite de l’onde verte depuis le quartier du Lac jusqu’au bord de l’Allier.

Cette limitation de la présence automobile se traduit également à travers la gestion des stationnements : pas de stationnement sur l’espace public. Le stationnement est essentiellement géré en souterrain, avec de poches de stationnement en surface (parkings paysagers). Ces espaces en surface permettront une évolutivité d’occupation dans le temps en fonction des modifications de comportements des habitants

Un quartier intégré à la ville support de mixités et de solidarités

Le programme d’aménagement est essentiellement résidentiel avec la création d’un habitat diversifié à proximité des commerces, équipements et services du quartier du « Lac ».

L’intégration des tissus résidentiels existants au nord et au sud du projet s'effectue à l'aide d'une travail de couture privilégiant l'implantation de maisons groupées (RDC / R+1) à leur contact et des constructions graduellement plus denses vers le coeur du site, ainsi qu'en vis-à-vis du boulevard Pasteur. Les typologies proposées n’excèdent pas une hauteur de R+3 sauf pour les immeubles en plots situés en bordure des jardins d'eau (R+3 + attique).

Le plan de masse du projet favorise une exposition nord-sud des constructions. L'implantation et la hauteur des bâtiments sont projetées au regard des conditions locales d'ensoleillement afin d'éviter au maximum les effets de masques solaires sur les façades de logements.

Le programme envisagé à ce stade prévoit la construction d'environ 220 logements pour une surface de plancher proche de 22 000 m² et celle d'équipements et de locaux d'activités en pied d'immeuble pour une surface d'environ 1 000 m².

Les programmes résidentiels sont présentés selon trois typologies de logements (maisons individuelles groupées, logements intermédiaires et petits collectifs).

Le projet d'aménagement répond également à des objectifs de mixité sociale, à travers la diversité des modes d'occupation programmés (logements locatifs sociaux, accession sociale et en accession libre).

Partager sur :