Vous êtes dans : Accueil > Culture et patrimoine > Patrimoine > Un peu d'histoire ... > Les marques d’une activité viticole florissante

Les marques d’une activité viticole florissante

Les maisons vigneronnes

Les maisons vigneronnes auvergnates sont généralement groupées en villages, adossées au versant nord des coteaux, les façades orientées au sud. Si les différentes maisons présentent des différences (selon l’époque de construction et la richesse du propriétaire), elles ont des caractères communs identifiables : il s’agit le plus souvent de maisons-bloc en hauteur avec une superposition des différents éléments de fonction (pour gagner de la place).
Au sous-sol se trouve la cave (conservation du vin) s’ouvrant sur la rue par des trous d’aération. Le rez-de-chaussée est occupé par le cuvage (vinification) et la soue du cochon. Au 1er étage se trouve l’habitation, accessible par un escalier extérieur parallèle à la façade.
L’aistre, ou balcon, remplace la cour. Il est protégé par un courcour (avancée de toit) ou un auvent. Certaines maisons possèdent un grenier, avec parfois un pigeonnier.
A partir de 1895, le vigneron se convertit en polyculteur. Il adjoint à la maison plusieurs bâtiments supplémentaires : grange, hangar, ou remise, la transformant en vraie ferme viticole.

Les caves

Aujourd’hui en ruines, elles ont été creusées par une dizaine de riches propriétaires vignerons au début du XIXe siècle (1816-1820), âge d’or de la culture de la vigne à Cournon. On retrouve la date de leur construction sur un des linteaux.

 

La tonne

La tonne est un petit bâtiment dédié à l’activité viticole et construit sur les coteaux, au milieu des vignes. La tonne est une construction utilitaire dont se sert le vigneron pour entreposer son matériel, manger, ou s’abriter en cas de mauvais temps.
L’étage pouvait également servir de lieu d’habitation. La tonne est un parallélépipède coiffé par un toit à une ou plusieurs pentes, couvertes de tuiles rondes. Cournon a compté une dizaine de tonnes, aujourd’hui laissées à l’abandon. Au pied du Puy d’Anzelle, une ancienne tonne a été restaurée par la commune.
 

Partager sur :