Vous êtes dans : Accueil > Cadre de vie et environnement > Espaces naturels

Espaces naturels

Dans toutes les zones protégées de Cournon-d'Auvergne, la circulation de véhicules à moteur est interdite. Le silence est un allié précieux pour découvrir ces trésors…

Les coteaux secs

Le site doit sa richesse à plusieurs éléments :
- un climat d’abris : les nuages sont bloqués à l’ouest par la chaîne de Puys, entraînant de faibles précipitations et une augmentation de la température (également accentuée par l’orientation sud des coteaux)
- un sol composé de sédiments marno-calcaires qui absorbent les précipitations
- une histoire agricole particulière : à la fin du XIXème siècle, le plateau est couvert de vigne. Le phylloxéra et le mildiou contraignent les paysans à arracher les ceps de vigne. Ces derniers cèdent alors la place à des pelouses où viennent paître les moutons au milieu du XXème siècle. S’installent alors une faune et une flore caractéristique des pelouses sèches. Entretenues par les moutons jusqu’en 1960, les pelouses sèches sont aujourd’hui préservées par l’homme (pour éviter la colonisation des arbustes et des broussailles).

Un petit coin de Provence à Cournon-d'Auvergne : la flore mais aussi la faune sont caractéristiques des régions méditerranéennes. Près de 270 espèces de fleurs ont été recensées, dont certaines sont protégées pour leur rareté.
Mais ce sont également 54 espèces de papillons diurnes, et près de 30 oiseaux nicheurs qui ont été répertoriés. Plusieurs secteurs de balade sont possibles
En téléchargement : Les Coteaux de Cournon - LPO (pdf - 990,28 ko)

Le Val d’Allier

L’Allier est l’une des dernières rivières sauvages d’Europe. Son libre méandrage permet de préserver la qualité de l’eau et l’équilibre des écosystèmes. Ce site est un lieu de migration pour les espèces aquatiques et l’avifaune et présente des milieux naturels qui sont autant de lieux de refuge et de reproduction.

Après le pont de Cournon-d'Auvergne, la rivière est bordée sur sa rive droite par une ripisylve formée de peupliers, chênes, noisetiers, aulnes, saules, fusains, chênes pédonculés. Ce milieu abrite la ficaire (plante vivace toxique) et le perce-neige, ainsi que de nombreux passereaux (mésanges, rouges-gorges, pinsons).
Le plan d’eau est une zone privilégiée d’observation de l’avifaune aquatique hibernante du Puy-de-Dôme (macreuse brune, canard souchet, grèbe huppé…). Les abords du plan d’eau sont occupés par une forêt riveraine ancienne.
Dans la boucle de l’Allier, plusieurs petits îlots attirent des oiseaux d’eau (grèbe castagneux, foulque, colvert).
Plus en aval, à l’intérieur d’un méandre, s’est formée une plage de graviers (ou grève), milieu privilégié du petit gravelot, du chevalier guinguette et de l’oedicnème criard.
Dans le secteur des « Toises », la rivière est moins encaissée et bordée par une bande d’une vingtaine de mètres de forêt naturelle. Le sous-bois est progressivement conquis par la Renouée du Japon.
Le méandre des Toises : Ce site doit son exceptionnelle richesse à la conjonction entre plusieurs milieux : falaise de sable, lit de la rivière, bancs de galets, prairies et forêt de rive. La rivière vient directement frapper la base de la falaise de Malmouche, provoquant une érosion intense. Située à l’extérieur du méandre, cette falaise est la plus haute de tout le Val d’Allier entre Brioude et la confluence avec la Loire. Sa paroi est haute de près de 20 mètres et on peut observer dans des galeries, hirondelles, martin pêcheur, et guêpier d’Europe, qui nichent dans les aplombs. L’intérieur du méandre est constitué d’un espace de pelouses de 200 hectares (également zone de captage des eaux souterraines) où la grève laisse peu à peu la place à une lande arbustive constituée de saules, d’aulnes et de peupliers. Plusieurs bras morts se sont formés, témoignant d’un ancien cours de la rivière. Il s’agit de « boires », sites très importants dans la reproduction des poissons (accueillent les frayères).

En téléchargement : Au fil de l'Allier (pdf - 1 020,80 ko)

La rivière Auzon

L’Auzon est un affluent de l’Allier en rive gauche. Longue de 18,7 km, la rivière prend sa source sur le territoire de Saint-Genès-Champanelle. Elle s’oriente vers l'est, puis progressivement vers le nord-est. Le cours d’eau rejoint l’Allier à Cournon-d'Auvergne. L'Auzon est une rivière assez régulière qui présente des fluctuations saisonnières de débit assez modérées.
Pour remédier aux problèmes d’envasements, de gros blocs de de roches furent disposés à des endroits stratégiques du cours d’eau, afin d’en accélérer le courant lequel fit lui-même le travail. Peu de temps après, les vairons et les goujons ont de nouveau colonisé la rivière.

Actualités

Enquête sur la rivière Allier

Le Grand Clermont vous invite à participer à une enquête grand public sur la rivière Allier. Elle entre dans le cadre du projet de valorisation de la rivière Allier.

Lire la suite

Partez en balade

Profitez des kilomètres de sentiers balisés que propose Cournon-d'Auvergne et partez à la découverte d'une faune et d'une flore remarquables et d'éléments du patrimoine témoins de l'histoire de la ville.

 

Lire la suite

Partager sur :